Dépôt pour locomotives

Jusqu’ici les locomotives à vapeur du TRAIN 1900 se trouvaient garées dans l’un ou l’autre des halls pour matériel au Fond-de-Gras, là où la place disponible et les contraintes de l’exploitation le permettaient ou l’indiquaient. Le plus souvent elles étaient difficilement accessibles au public.

Situation 02/2008:

Le dépôt

Le château d’eau

 

Test d’étanchéité du réservoir du château d’eau et la vue extérieure

Situation 01/2007:

Situation octobre 2006

Situation janvier 2005

Situation septembre 2004: Dalle bétonnée, excavation pour le pont tournant creusée

Préparation de la plate-forme mi-décembre 2003

Par ailleurs, les dépôts classiques pour locomotives à vapeur se font de plus en plus rares, ainsi celui de Luxembourg Howald disparaîtra dans quelques années. D’où naquit l’idée de concentrer les locomotives à vapeur du Fond-de-Gras dans une installation typique, les mettant en scène pour les visiteurs dans leur « milieu naturel » ensemble avec les accessoires et outillages caractéristiques.

Le projet en cause comprend la construction d’une section de rotonde à trois voies permettant de recevoir chacune trois locomotives. Deux voies non couvertes longent le bâtiment.
Un pont tournant récupéré en Belgique,d’une longueur de 6m donne accès aux différentes voies et permet de tourner des locomotives si ceci est souhaité.
Une fosse de visite est aménagée dans la voie d’accès. Elle permet de vider les cendriers et de procéder aux opérations de maintenance avant la prise de service. Une grue hydraulique en provenance de la gare CFL de Differdange et une grue récupérée dans la cour à marchandises de la gare de Bettembourg pour la manutention du charbon et des crasses encadrent la fosse. Un château d’eau inspiré de celui qui se trouvait autrefois dans la gare PH de Clemency donne plus d’autonomie en réserve d’eau.

La place logique pour ce dépôt est le triangle formé par les voies vers Pétange et Rodange, là où pendant des années PH et puis CFL avaient déchargé le déblai des chantiers voie et avaient fini par créer un vaste terrain vague parcouru par deux voies de déchargement abandonnées. Comme les déchargements ont pris fin vers 1960, on peut estimer que le sol s’est suffisamment stabilisé pour l’utiliser pour le nouvel aménagement.

Le projet résulte de la collaboration du Service des Sites et Monuments, de la Commune de Pétange, de ProActif et de l’AMTF. Vu la complexité du chantier, l’appui d’un bureau d’études externe a été sollicité.
L’AMTF a dressé les plans d’ensemble, ainsi que le détail de la charpente métallique qui forme l’ossature du bâtiment. Celle-ci a été conçue suivant les principes de construction du début du 20e siècle en s’inspirant de plusieurs bâtiments historiques. Les portes sont des copies de celles du dépôt de Luxembourg. Le tout représente une architecture industrielle ferroviaire sobre avec quelques éléments décoratifs en briques de parement.
Une entreprise de construction sortie d’une mise en adjudication par le Service des Sites et Monuments a assuré les travaux de génie civil et les fondations. Sur cette base, les équipes de ProActif construiront les maçonneries nécessaires. L’ossature métallique est également fabriquée sur place par ProActif. Pour son assemblage il faudra faire appel à une firme de montage spécialisée dans des travaux de l’espèce.
Le délai pour l’utilisation de l’ensemble de l’installation est 2005, mais au courant de 2004, une partie en pourra déjà être mise à profit.

Le projet permettra de garer à l’abri des intempéries l’ensemble du matériel moteur vapeur, sidérurgique et électrique.
Le nouveau dépôt abritera les locomotives qu’elles soient en ordre de marche ou garées et le public les pourra y visiter à son aise et les comparer. Le bâtiment est un local de garage et de préparation au service et une aire d’exposition, alors que les opérations de révision s’effectueront comme par le passé dans les autres halls.