Le chemin de fer Prince Henri

| Aucun commentaires

Portrait du Prince Henri tel qu’il figurait sur les anciens billets de 100 LUF
de la Banque Internationale à Luxembourg.

Les premières lignes de chemin de fer au Luxembourg furent inaugurées le 4 octobre 1859.
Elles faisaient partie de la liaison internationale de la Belgique vers la France. D’autres lignes principales furent construites par la suite vers la frontière allemande et vers le nord du pays. Ces lignes étaient concédées à la compagnie  » Guillaume Luxembourg » et l’exploitation était assurée par la puissante « Compagnie de l’Est » française.
Toutefois il restait le sentiment que de larges contrées étaient situées trop loin de ces lignes et partant étaient défavorisées.
L’idée vint rapidement de créer un second réseau complémentaire dont la structure était pressentie étre un anneau desservant les régions rurales et croisant en plusieurs points les lignes principales existantes. D’où la désignation de « Chemin de Fer de Ceinture » (Gürtelbahn). Les revenus que le volume des transports expectés promettait n’était pas de nature à encourager des investisseurs à s’aventurer dans la construction et l’exploitation de ce réseau. Pour cette raison, l’Etat Luxembourgeois déclarait accorder des concessions minières sur le gisement de minerai de fer dont l’exploitation venait de débuter au sud du pays. A la différence des autres concessions minières, où le minerai devait être traité au Luxembourg même, celui extrait dans les concessions « chemin de fer » pouvait être exporté librement ce qui en augmentait largement l’attrait.
C’est ainsi que les milieux industriels belges sous la houlette de l’investisseur et spéculant Simon Philippart vinrent sur le plan.
Après bien des vicissitudes la société des Chemins de Fer et Minières Prince Henri commença à exploiter ses premières lignes en 1873. Son sigle était PH.
Cette raison sociale rend hommage au Prince Henri des Pays Bas, frère du Roi Guillaume des Pays Bas, Grand-Duc de Luxembourg et qui exerçait la fonction de lieutenant pour notre pays. Dans cette mission le prince se souciait du développement économique du Luxembourg et accordait son appui à toutes les initiatives allant dans ce sens.

Le centre administratif et technique du réseau PH était Pétange. Au fil des années les installations était aggrandies et adaptées au trafic croissant
La ligne que parcourt aujourd’hui le TRAIN 1900 a été construite par la société PH sous la désignation « Ligne des Minières » entre autre pour profiter des concessions minières lui octroyées dans cette partie du bassin ferrifère. La première section jusqu’au Fond-de-Gras a été mise en service le 20.12.1875. La deuxième section à la frontière française le 19.4.1879.
La plupart des bâtiments CFL de la gare et des ateliers de Pétange datent encore de l’époque PH.

Le bâtiment administratif de la Direction PH à Pétange (état 2001).

Grâce aux revenus procurés par les concessions minières et au trafic intense sur la ligne desservant les établissements sidérurgiques d’Esch-sur-Alzette à Rodange, la société dégagea régulièrement un bénéfice notable. Une gestion intelligente et un train de vie parcimonieux y contribuaient largement. Toutefois à l’aube de la deuxième guerre mondiale, ce bénéfice se retrouva pratiquement ramené à zéro.
L’occupant reprit les activités en les subordinant aux intérêts des militaires et de l’industrie de guerre allemande. En 1940, les réseaux « Guillaume Luxembourg », « Prince Henri » et les voies étroites cessèrent d’être autonomes et rentrèrent malgré eux dans les girons de la « Deutsche Reichsbahn », (Reichsbahndirektion Saarbrücken, Eisenbahn-Betriebsamt Luxemburg 2) une issue inattendue des efforts d’unification infructueux des deux décennies précédantes.
Après la libération le statut unifié des chemins de fer ne fut pas remis en question et ce furent les CFL constitués le 14 mai 1946 qui reprirent l’ensemble des lignes de chemin de fer.
La société « PH » fut liquidée le 1er juillet 1948 et les actionnaires dédommagés.


Plan schématique du réseau PH.

Dès 1954 la mise hors service des lignes PH dont la base économique n’était pas devenue meilleure au fil des années fut entamée.
Actuellement dans le réseau CFL, il n’en reste plus que la ligne directe Pétange Luxembourg, la ligne Esch-sur-Alzette-Rodange, le tronçon Kautenbach-Wiltz, et les tronçons limités au service marchandises de Kleinbettingen à Steinfort, d’Ettelbruck à Bissen et de Wasserbillig au port de Mertert.
Et il reste la ligne Pétange au Fond-de-Gras (anc. Lamadelaine) et Bois-de-Rodange.
C’est là que l’AMTF TRAIN 1900 essaie de perpétuer le souvenir et l’esprit du PH!